Vous êtes iciRessources»Livre d'Or»France»Christian SCHWOEHRER - Directeur d'ASTERS Conservatoire départemental d'espaces naturels de Haute Savoie

Christian SCHWOEHRER - Directeur d'ASTERS Conservatoire départemental d'espaces naturels de Haute Savoie

 Les mots clefs qui me viennent à l'esprit lorsque je pense à Alparc sont :

  • une dynamique de réseau au niveau de l'espace alpin
  • un acteur pour la mise en œuvre de la Convention Alpine et qui assure une présence permanente auprès de l’ensemble des espaces protégés alpins
  • un rôle de transfert d'expériences, de gestions et d’outils au bénéfice des espaces protégés alpins sur des thématiques aussi variées que les indicateurs de gestion, la biodiversité et le changement climatique, un continuum écologique pour les Alpes, des outils de communication en commun…

Le réseau alpin des espaces protégés permet à travers son programme de travail riche et diversifié d’aborder des thématiques aussi variés que la préservation des espaces et des
espèces alpines, le tourisme durable ou l’aménagement du territoire et du développement durable. Chaque gestionnaire d’espaces protégés alpins, s’il le souhaite peut faire connaître ces besoins et faire partager ces initiatives toujours dans un souci de permettre un transfert de savoir faire et d'expérience du niveau local vers le niveau alpin mais aussi du niveau alpin vers le niveau local.
Alparc assure également une visibilité commune de ce réseau des espaces protégés au travers de la réalisation de différents de supports de communication (ViViAlp et plus récemment Multivision) mais aussi de mise en œuvre sur le terrain de projet tel que ECONNECT (un projet qui aborde l’enjeu de renforcer la connectivité écologique entre espaces protégés alpins). Alparc proposait déjà il y a près de 15 ans une mise en réseau des espaces protégés qui préfigurait déjà notre trame verte et bleue nationale mais à un échelle alpine.

Pour ASTERS, cela se traduit par l'implication des 9 réserves naturelles de Haute-Savoie au réseau alpin des espaces protégés et parle biais du projet de réintroduction du gypaète barbu qui s'est traduit par des rencontres d'un grand nombre d'acteurs dans toutes les Alpes et qui au delà des contacts noués nous a apporté et nous enrichie toujours aujourd'hui dans notre travail quotidien.