Vous êtes iciActualités»Nouvelles du réseau ALPARC»Activités de sports d’hiver et faune sauvage : une cohabitation possible ?

Activités de sports d’hiver et faune sauvage : une cohabitation possible ?

mercredi, 23 mars 2016

Retour d’expérience du workshop international “Wildlife and winter sport activities”
3 et 4 Mars 2016, Lescheraines (Parc naturel régional (PNR) du Massif des Bauges, FR). Organisé par le PNR du Massif des Bauges, ASTERS et ALPARC

Dans tout l’arc alpin, les activités de loisirs et de sports d’hiver ont pris une ampleur sans précédent. Le ski de randonnée, le free-ride, la randonnée avec ou sans raquettes, pratiqués par des amateurs ou par les sportifs pendant l’hiver, se sont diffusés largement dans nos sociétés et à travers les Alpes.


Bien que les activités de pleine nature aient un effet bénéfique pour les humains, elles ont toutefois des impacts négatifs et significatifs sur la faune sauvage de montagne. Des espèces telles que les galliformes de montagne, les chamois et les bouquetins ainsi que le lièvre variable deviennent cibles involontaires du dérangement. De multiples études scientifiques montrent clairement cet impact (voir présentations du workshop du vendredi 4 Mars). Alors, comment concilier les activités de sports d’hiver avec la préservation de la faune sauvage ? Comment sensibiliser les pratiquants à ce sujet ? Une cohabitation est-elle possible et sous quelles conditions ?


Des initiatives très variées sur l’ensemble de l’arc alpin


Différentes initiatives, de l’échelle nationale à l’échelle locale, sont actuellement menées sur l’ensemble de l’arc alpin. Celle-ci portent sur des études et méthodes de suivi, des mesures de gestion ou encore sur la sensibilisation des pratiquants. Les acteurs concernés, même s’ils proviennent de sphères variées, reconnaissent aujourd’hui l’ampleur de la problématique et de sa potentielle évolution, qui nécessite d’agir sur différents volets.


Une sélection d’études et initiatives actuelles a été présentée et discutée lors du Workshop international « Wildlife and winter sport activities ». Ce workshop a été le premier de ce genre et a rassemblé un grand nombre de participants (environ 50) d’univers différents venus de tout l’arc alpin (6 pays représentés) : gouvernements, Clubs Alpins, scientifiques, ONG environnementales et bien évidemment les espaces protégés. Pour les participants, c’était l’occasion de présenter leurs initiatives, parfois créatives, de discuter sur les pratiques et de mettre en commun les connaissances, les expériences et les idées.
Quant aux initiatives, on trouve d’une part les campagnes de sensibilisation de grande ampleur telle que la campagne « Respektiere Deine Grenzen » (Respecte tes limites) menée par le gouvernement du Land Voralberg (AT) depuis désormais plus de 10 ans ou encore l’adaptation de cette campagne au niveau national Suisse soutenue par le Club Alpin Suisse et l’Office fédéral de l’environnement FOEN : « Respecter c’est protéger ». Ces deux campagnes se démarquent par une volonté politique de soutenir cette démarche avec des moyens importants. Herbert Erhart du Vorarlberg s'explique : « Nous avons fait le choix de dire : oui, la nature nous vaut ces efforts. »


D’autre part, des initiatives diverses sont menées dans les espaces protèges alpins au niveau de leur territoire, en associant différents autres acteurs locaux. C’est par exemple le cas du Parc National du Gesäuse (Styria, AT), du Parc National du Triglav (SI), du Parc naturel du Mont Avic, du Parc naturel transfrontalier de la chaîne du Nagelfluh (Bavière/Vorarlberg, DE/AT) et du PNR des Bauges : la gestion des visiteurs par le balisage et la délimitation des zones de quiétude est en général accompagné par des actions de sensibilisation visant différents groupes de pratiquants (voir présentations du jeudi 3 Mars). Le workshop a prouvé que les espaces protégés jouent un rôle clé dans le développement de ces mesures dans les Alpes car ils sont à la fois médiateurs dans les approches de gouvernance et régions pilotes pour les pratiques innovantes qui peuvent rayonner au-delà des limites des parcs.


Lors du workshop, une excursion sur le terrain a permis de voir une mesure locale mise en place par le PNR des Bauges : la mise en place d’un périmètre de protection pour une zone d’hivernage du tétras-lyre au Col de Chérel.


Une volonté : une approche commune à l’échelle alpine


On constate, pour le moment, que les approches et initiatives sont éparpillées sur le territoire alpin et sont développées et menées de manière très hétérogène. Certains territoires se montrent plus avancés que d’autres quant aux différents axes d’interventions : monitoring, gestion de visiteurs et sensibilisation. Par exemple, en Italie, les campagnes de sensibilisation et les actions dans ce sens restent limitées. Toutefois, la problématique est la même à travers l’arc alpin.


Les participants ont donc identifié un besoin central lors des discussions : mettre en commun les expériences et les avancées et développer une approche commune à l’échelle des Alpes, en allant du monitoring à la gestion des visiteurs jusqu’à une communication commune, tout en mobilisant les différents acteurs et porteurs d’intérêt.  Un tel projet garantirait un gain de visibilité plus large de la problématique, une sensibilisation avec plus d’impact et une meilleure qualité de gestion partout dans les Alpes. Une approche commune contribuerait par ailleurs à plus de cohérence et de cohésion dans l’arc alpin.


Un premier pas a pu être fait dans cette direction lors du workshop : les participants ont exprimé la volonté de constituer un groupe de travail sur cette thématique afin de travailler en réseau à l’échelle internationale, approfondir certaines idées et développer un projet commun.


Remerciements

Un grand merci à tous les participant(e)s pour leur venue et les échanges et discussions riches et animées ! Merci aussi aux équipes du PNR des Bauges et d’Asters pour l’organisation et spécifiquement au PNR des Bauges pour l’accueil sur leur territoire.


Espaces protégés alpins intervenants

Parc National du Gesäuse (Styria, AT), Parc National du Triglav (SI), Parc régional du Mont Avic (IT), Parc naturel transfrontalier de la chaîne du Nagelfluh (Bavière/Vorarlberg, DE/AT), Parc naturel régional du Massif des Bauges (FR), Conservatoire d'espaces naturels de Haute-Savoie ASTERS (FR)

 

Le rapport complet de l'atelier (en anglais) est disponible ci-dessous:

Galerie d'images