Vous êtes iciActualités»Nouvelles du réseau ALPARC»Les chargés d’éducation à l’environnement motivés pour la coopération transalpine

Les chargés d’éducation à l’environnement motivés pour la coopération transalpine

lundi, 15 novembre 2010
  • Pays Switzerland

vu des hommes et des femmes chargés de l’Education à l’environnement dans les espaces protégés du massif alpin. Ils étaient réunis autour d’une table et sur cette table trônait un œuf.

Ils parlèrent de la nécessité de dépasser les peurs et les craintes liées à la nature en s’appuyant sur la connaissance et les émotions positives, la coquille a alors commencé à se fendre. Malgré les barrières de la langue, ils manifestèrent l’envie de partager leurs expériences et comme ils ouvraient leurs bras, l’oiseau déploya ses ailes et se mit à voler. Ignorant les frontières, il commença alors son voyage à travers la chaîne alpine, vers ce qui rassemble les hommes et ce qui forme l’identité alpine.

Si vous voyez cet oiseau dans le ciel des Alpes, dites-vous que son périple commence à peine et qu’il appartient à chacun de décider de le suivre... »

Témoignage de Frank Miramand, ASTERS - Conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie/F. 

Une 1ère rencontre motivante 

 Plusieurs personnes en charge de l’éducation à l’environnement des différents espaces protégés des Alpes ont eu l’occasion de se rassembler pour la première fois pour un workshop dédié à leur thème de travail, les 19 et 20 octobre 2010, en marge de l’Assemblée générale d’ALPARC dans le Parc national Suisse .

Preuve de l’importance et de l’actualité de cette thématique, les inscriptions ont afflué et il a malheureusement fallu refuser quelques participants (hors espaces protégés).
Au final, ce sont 26 personnes qui se sont penchées sur leur métier et les possibilités de coopération à l’échelle alpine. La rencontre a été co-organisée avec le Reema (Réseau Alpin d'Education à l'Environnement Montagnard), qui rassemble les personnes en charge de l'éducation environnementale dans les espaces protégés alpins français. Les autres pays alpins étant également bien représentés, les participants étaient ainsi 1/3 français, 1/3 italiens et 1/3 germanophones (Allemagne, Autriche, Suisse) et surtout tous très motivés !  

Les perspectives pour le groupe

 Outre l’objectif premier de rencontrer des homologues d’autres parcs ou réserves des Alpes afin d’échanger sur leur métier et leurs expériences, la rencontre avait pour but de définir ensemble des idées d’actions et de projets communs. Le groupe de travail ainsi constitué a confirmé son souhait de démarrer une collaboration sur ce thème à l’échelle alpine dans le cadre d’ALPARC.

La rencontre a permis de lister diverses pistes de travail et plusieurs idées d’actions ou de projets plus évolués : participation au programme Phénoclim , création d’outils pédagogiques communs, mise en commun de ressources, travail de réflexion sur les valeurs éducatives (identité alpine, culture de la montagne…), travail sur l’évaluation des actions éducatives mais aussi sur la reconnaissance de la mission éducation au sein des parcs, etc…

Il reste maintenant à définir des priorités et un plan de travail pour le groupe, qui va notamment s’appuyer sur un espace de travail collaboratif en ligne, en cours de création. 

L’éducation à l’environnement montagnard, une mission essentielle des espaces protégés alpins

Les échanges ont mis en évidence le sentiment d’un manque de considération pour la mission éducation au sein des espaces protégés (dans la plupart des pays représentés) par rapport à d’autres missions telles la recherche ou le suivi scientifique, qui se traduit souvent par un manque de moyens humains et financiers.

L’éducation à l’environnement montagnard apparaît pourtant comme une mission essentielle des espaces protégés alpins puisque permettre aux populations et aux visiteurs, tant les jeunes que les adultes, de découvrir, ressentir, expérimenter la montagne et la nature alpine (« éduquer avec le cœur et les sens ! ») est un premier pas essentiel vers leur respect ! Les participants ont donc souhaité rappeler que l’éducation à l’environnement est un réel outil pour la conservation de la nature.

Pour rejoindre le groupe de travail

Si vous êtes en charge de l’éducation environnementale dans un espace protégé alpin mais que vous n’étiez pas présent à cette rencontre, il vous est bien sûr toujours possible de rejoindre le groupe de travail pour la suite des travaux :
adressez-vous à marie.stoeckel@alparc.org